Le nouvel album de Bai Kamara jr & The Woodoo Sniffers est disponible depuis le 14 janvier 2020  via Mig Music / UVM. Il sera en concert exceptionnel le 14 mars à Paris « Jazz Club Etoile / Le Méridien ».

Bai Kamara jr, chanteur guitariste et musicien originaire de Sierra Leone  en passant par Bruxelles ou il réside actuellement peut être difficilement considére comme un blues man.
Du moins pas dans le vrai sens du terme.
Son dernier effort intitulé « Salone » n’est peut être pas un album de blues en soi mais il partage avec le blues son attribut le plus prisé : la narration.
Inspiré par la grammaire musicale de modèles comme John Lee Hooker, Big Bill Bronzy, Bai le fait précisement lorsqu’il chante ses propres instants de bonheur et de deuil. Le fait qu’il joue de chaque instrument est une preuve supplémentaire de la sensibilité et de l’originalité de l’homme. Au delà des emprunts à des musiques soeurs telles que le folk dans « Riverboat Blues » ou « Don’t Worry About Me » ou le rock avec « Fortune » qui fleurte avec le Chicago Blues sans oublier le swing chaloupé de « Can’t Wait Here Too long », chaque morceau est une capsule temporaire aux allures de court métrage.

Que Bai Kamara s’inscrive dans la tradition évolutive des bluesmen tels que Taj Mahal et Keb Mo ne l’empêche pas d’être reconnaisable à son timbre de voix et cela dès la première note.

« Un blues puissant renouant avec ses racines africaines » – Telerama –
« Avec ses mélodies sans fard et ses cordes ourlées, Bai Kamara Jr. entre dans la famille des Taj Mahal ou Keb Mo. A découvrir d’urgence » – Rolling Stone –
« Il embrasse non seulment le blues mais aussi le folk et le rock. Une pépite » – Ouest France –
« Tout simplement magnifique » – Paris Move / Blues Mag –
France Inter (Popopop), RFI, TV5 Monde, aiment l’album de Bai Kamara Jr. « Salone »
La 25ème édition du Festival Blues Autour du Zinc se déroulera à Beauvais du 19 au 29 mars 2019.

A l’occasion de ce 25ème anniversaire, l’association Comptoir Magique revient au cœur de la cité avec l’incontournable Magic Mirrors. Il s’agit d’un lieu convivial et chaleureux, idéal pour surprendre et émerveiller les festivaliers.

La soirée de lancement du festival se déroulera jeudi 19 mars à 19h00 au Magic Mirrors, avec au programme Nijinski et Ladies Ballbreaker

Nijinski, ce sont des chansons résolument rock, « organiques », teintées de blues et de folk, sous influence inspirée, qu’elle soit celle d’un Johnny Cash, d’Alain Bashung, des Rolling Stones, des Pink Floyd, de Radiohead ou de Gaz Coombes.

L’histoire des Ladies Ballbreaker débute en 2012 à Montpellier, une histoire de potes qui n’avaient pas la folie des grandeurs, juste l’envie de se retrouver autour d’un ami commun, AC/DC. De scènes en festivals, elles ont évolué et ont conquis le coeur du public, qui les a élevées au rang de professionnelles.
Les Ladies, c’est un live teinté de mises en scène et d’humour plutôt gonflé, un show hommage à AC/DC bien sûr, mais où les 5 personnalités de ces power girls prennent assurément place pour s’approprier chacune, mais ensemble, ce monument du hard-rock.
Avec plus de 230 concerts au compteur, dont deux au Hellfest Festival et plusieurs tournées européennes (Norvège, Espagne, Allemagne, Belgique, Suisse…), elles ont partagé l’affiche avec Johnny Clegg, Mika, Hyphen Hyphen, Le Bal des Enragés, Deborah Bonham, Michael Jones etc…
Et d’ailleurs, pourquoi ce nom ? Pour le clin d’oeil à l’excellent album «Ballbreaker» et aussi parce que ce sont des filles qui en ont : Anaïs à la guitare solo aussi young qu’Angus, Céline au chant qui est aussi Bon que Johnson, Laëza à la batterie au sourire à la grandeur de sa frappe, Cerise à la guitare rythmique et son headbang légendaire, Blandine à la basse, au fond du temps mais au devant de la scène.

Les « dames casse-couilles » crééent un ouragan scénique dont l’identité marquée propulse une énergie communicative !

Vendredi 20 mars

Last Train, Beaux Gris Gris & The Apocalypse* (1ère date en France) et Prettiest Eyes ouvriront le festival. Le dernier album en date de Last Train, plébicité par le public et la presse, est vraimnt exceptionnel.

Samedi 21 mars
Avec Michelle David & The Godspel Sessions et Alexis Evans Sextet au Théâtre du Beauvais,  révélation de l’édition 2019, les cuivres reprendront tout leurs droits le samedi 21 mars.
La soirée Blues au Féminin, créée en 2003, est très vite devenue l’un des temps forts du festival.

Il ne faudra pas manquer Kitty, Daisy & Lewis et Beaux Gris Gris & The Apocalypse ainsi que Bernadette Seacrest, le mardi 24 mars.

Dimanche 22 + Lundi 23 mars

Le succès des Secret Gigs ne se dément plus. Les places sont limitées, il faudra donc réserver à l’avance.

Mercredi 25 mars

Le Blues Autour du Zinc célébrera une soirée blues avec Melvin Taylor et Steve Hill        

 
Jeudi 26 mars

Soirée « Jimi Hendrix Celebration Night (1970-2020) » pour les 50 ansde la disparition d’Hendrix avec plusieurs virtuoses de la six cordes. Entre autre, Laura Cox, Steve Hill, Norbert Krieff, Yarol et Philippe Almosnino, directeur artistique de la soirée pour le Backing Band.

Week end du 27 et 28 mars

Comme tous les ans, les bars ouvriront leurs portes pendant le week-end du 27 et 28 mars. L’occasion d’un tour d’horizon musical d’une diversité foisonnante.

Cette année, le festival Le Blues Autour du Zinc proposera 2 afters le 1er week-end, le vendredi 20 mars avec Johnny Montreuil et le samedi 21 mars avec le talentueux bluesman australien Ash Grunwald  sans oublier Joseph Martone, un songwriter made in Litlle Italy à découvrir d’urgence, à partir de minuit au Magic Mirrors, au tarif de 5€ ou gratuit pour toute personne ayant déjà acheté un billet du festival.

Vendredi 27 mars

Maceo Parker, déjà présent sur le festival en mars 1999, revient 21 ans après. Chanteur et saxophoniste de renom autour du funk, de la soul et du jazz, il fut pendant 25 ans aux côtés du parrain de la soul, James Brown.  En 2ème partie, Jupiter Okwess, originaire de Kinshasa, renouvelle avec puissance l’afro groove et le stoner rock de l’Afrique.

 Samedi 28 mars

Morcheeba est l’un des projets les plus intéressants et représentatifs de la scène trip hop britannique. Un succès planétaire que Morcheeba partage avec Massive Attack et Portishead, les deux autres pionniers du genre. Il faut découvrir en live la voix suave de la charismatique Skye Edwards et la guitare psychédélique et soignée de Ross Godfrey.

La 1ère partie sera assurée par Daysy. Il s’agit d’un duo formé par Daisy Berthenet et Léo Chatelier. Le mélange est savant et porté par des voix travaillées et des arrangements vertueux et virtuoses.

 Dimanche 29 mars

En clôture, Skip The Use, au Magic Mirrors, un concert qui mettra un terme au festival le Blues Autour du Zinc, toujours plus riche et passionnant. Les deux co-fondateurs Mat Bastard (chant) et Yan Stefani (guitariste) sont accompagnés d’une nouvelle section rythmique avec un opus récent « Past & Future » classe et puissant.

La 9ème édition du Rock’N Festival se tiendra les 15 et 16 mai 2020 @ Chauny (02).

Cette année, nous aurons droit à 2 jours de réjouissances, avec une nouvelle fois, une affiche de qualité et diversifiée.

Au programme :

Vendredi 15 mai 2020
Pleasure
Stengah
Nova Twins

Therapy?

Samedi 16 mai 2020
Dancers In Red
Grandma’s Ashes
The Bawdies
Motsly Autunm
Joe Lynn Turner

D.A.D

Tous les détails sur le site du festival ICI

Venez fêter la sortie officielle de l’album de Dirty Dogz « Wheels On Fire » à l’A.R.C.A.D.E de Notre Dame de Gavenchon (76) samedi 28 mars 2020 (20h30) !

Après le succès des 2 premières dates de l’Australian Rock Night, au Kraken de Saint-Quentin et au Rinato de Louviers, puis un concert remarqué à la Convention Rock’n Metal de Fismes le 1er mars, Dirty Dogz est de retour en Seine Maritime pour la release party de ce premier opus tant attendu !

En plus du CD, qui contiendra 1 titre bonus, une version vinyle en édition limitée numérotée vous attend, sans oublier les nouveaux tee shirts aux couleurs d’un visuel particulièrement réussi.

Les Havrais de Distillery ouvriront la soirée pour un concert qui s’annonce déjà comme l’événement du printemps.

Ne manquez pas cette release party qui promet d’être inoubliable !

Les billets sont  disponibles sur le réseau fnac ICI et Weezevent ICI

Tous les détails de l’événement ICI

Partenaires Organisationnels:
 
Partenaires Media:
  
Partenaires Officiels:
  

Le festival de Vouziers vient d’annoncer sa tête d’affiche pour sa 30ème édition qui se déroulera à la salle des fêtes de Vouziers samedi 31 octobre 2020.

En plus des premiers noms déjà annoncés, c’est la canadienne Lee Aaron qui sera à l’honneur lors de ce millésime 2020.

Rappelons que Grave Digger, Titan, Ambush et Desolation Angels sont confirmés, et que 2 autres groupes vont s’ajouter au programme.

Bravo à William pour cette programmation, qui va à coup sûr, booster la billetterie ! Plus de 50% des tickets sont déjà vendus à ce jour, alors n’attendez plus !

Les billets sont disponibles à cette adresse : festivaldevouziers@orange.fr

 

« Last Of The Street Survivors Farewell Tour », la Tournée Européenne de Lynyrd Skynyrd passera par la France avec 2 dates cet été !

Lynyrd Skynyrd a marqué le rock américain des années 70 avec des hymnes tels que « Sweet Home Alabama » et « Free Bird ».

Le groupe est une véritable légende, inscrits au Rock and Roll Hall of Fame depuis 2006. L’histoire du groupe aurait pu s’arrêter en 1977, après le terrible crash d’avion dans lequel ont disparu le chanteur Ronnie Van Zant et le guitariste Steve Gaines.

Reformé 10 ans plus tard avec les survivants et Johnny Van Zant – le frère de Ronnie – au chant, le groupe poursuit depuis une carrière intense, enchainant les albums et les tournées.

Après 5 ans d’absence à Paris, Lynyrd Skynyrd revient en concert à La Seine Musicale de Boulogne Billancourt le 6 juillet 2020, mais également dans le cadre du Festival de Nîmes le 29 juin 2020.

Deep Purple annonce le titre et la date de sortie de son nouvel album «Whoosh!».

Après les spéculations de la communauté des fans engendrés par des messages cryptés et des interviews du chanteur Ian Gillan en décembre dernier, le groupe confirme enfin la sortie de son 21e album studio le 12 juin 2020 sur earMUSIC.

«Whoosh!» est disponible en pré-commande dès maintenant ICI

Pour son nouvel album «Whoosh !» Deep Purple s’est adjoint les services de Bob Ezrin (Pink Floyd, Alice Cooper) pour la 3ème fois. Le producteur a invité le groupe chez lui, à Nashville, et ils ont créé ensemble l’album le plus varié de leur collaboration. Pour cet opus, le groupe a pris différentes directions, sans jamais se fixer de limite afin de laisser libre cours à sa créativité, revenant cependant à ses racines et redonnant ainsi un sens au nom Deep Purple pour les fans de la première heure. Dès le premier titre, Ezrin & Deep Purple ont compris qu’ils étaient sur le point de créer un album qui repousse les limites du temps, tout en exprimant son ressenti du monde actuel et s’adressant à toutes les générations.

«Whoosh!» sera disponible en édition limitée CD + DVD Mediabook (y compris le long métrage d’une heure « Roger Glover and Bob Ezrin in conversation  » + l’intégralité de la performance live au Hellfest 2017), 2LP + DVD Edition, en coffret édition limitée et Digital, le 12 juin 2020 sur earMUSIC.

«Whoosh!» fait suite à deux albums classés au top des charts, «inFinite» et «Now What ?!». «inFinite», le 20ème album studio du groupe sorti en 2017, est devenu un de leurs plus grands succès, battant de nombreux records dans les charts, et confirmant la popularité retrouvée de ces légendes du hard rock, à l’approche de l’anniversaire de leurs 50 ans de carrière. «Now What ?!» sorti en 2013 a été classé n ° 1 dans 5 pays européens, dans le Top 10 de plus de 15 pays dans le monde entier et a vendu plus de 100 000 exemplaires en Allemagne, devenant ainsi disque d’or.

Ces dernières années Deep Purple a progressivement évolué vers de nouveaux horizons, intriguant les fans pas encore nés lorsque la « machine Purple » dominait le monde de la musique. Le succès de leurs albums «In Rock» (1970), «Machine Head» (1972) et «Made In Japan» (1973) les avait propulsés parmi les plus gros vendeurs de billets de concerts et d’albums à travers le monde, notamment grâce à des hits tels que l’immortel «Smoke On The Water».

Deep Purple – Tournée 2020
20.06.2020 : Clisson – HellFest
30.06.2020 : Paris (Boulogne Billancourt) – La Seine Musicale
01.07.2020 : Nimes – Festival De Nimes Les Arenes
17.07.2020 : St Julien en Genevois – Guitare en Scene Festival
20.07.2020 : Carcassonne – Festival De Carcassonne Theatre Jean Deschamps
24.07.2020 : Colmar – Festival De La Foire Aux Vins de Colmar Parc Des expositions
22.10.2020 : Lille – Zenith
24.10.2020 : Dijon – Zenith
26.10.2020 : Clermont Ferrand – Zenith D’Auvergne

L’album « Live In Europe » de Sari Shorr sera disponible le  06 mars 2020. Plusieurs dates en France sont dores et déjà prévues, avec un concert le 31 mars 2020 à Paris « Jazz Club Etoile ».

Sari Schorr est un phénomène vocal à la voix puissante, rauque & douce !!! Sa voix oscille entre celle de Janis Joplin et Tina Turner…!!!

Mike Vernon, l’ancien boss du légendaire label Blue Horizon, ne s’est pas trompé :

« la 1ère fois que j’ai entendu Sari Schorr, c’était en 2015, pendant les légendaires « Keeping The Blues Alive ». La performance de Sari a mis tout le monde d’accord ».

Son producteur Mike Vernon (Peter Green’s Fleetwood Mac, John Mayall & The Bluesbreakers, Eric Clapton, Blue Horizon, etc.), a tout de suite perçu les possibilités de la chanteuse new-yorkaise de Blues-Rock dès qu’il a eu l’occasion de l’entendre, pour la première fois en live en 2015. Il a immédiatement décidé de produire son album. Sari Schorr a écrit ou co-écrit l’ensemble des compositions.

Longtemps choriste de Joe louis Walker et Popa Chubby,  est une habituée de la scène, et a été longtemps choriste de Joe Louis Walker et Popa Chubby. Puis elle décide enfin de donner une vie à ses compostions en formant The Engine Room, avec entre autres, le guitariste anglais Innes Sibun qui tourne habituellement avec Robert Plant.

En 2018, elle sort « Never Say Never », et cette fois-ci, Schorr est allée dans le Norfolk au Grange Studio, là où Tha Alan Parsons Project avait enregistré son premier disque, il y a bien longtemps. Toujours sous contrat avec Manhaton Records, label ayant publié Eric Bibb, Robin Trower et plus récemment King King, la chanteuse se retrouve sous la coupe du producteur allemand Henning Gehrke.

Ce nouvel album live a été enregistré lors de la dernière tournée et met en valeur la performance vocale de Sari entre chansons originales de ses 2 albums studio et les reprises « Black Betty » et « I Just Want To Make Love To You » très appréciées du public. N’oublions pas les 2 pistes acoustiques inédites enregistrées pour la BBC qui  permettent de découvrir et d’apprécier une autre facette du talent de Sari.

En concert :
28 mars 2020 : Quai 472 – Villefranche (69)
29 mars 2020 : L’Atelier Des Môles – Montbeliard (25)
31 mars 2020 : Jazz Club Etoile – Paris
10 juillet 2020 : Gresiblues Festival – Gresivaudan (38)

19 juillet 2020 : Moz’aique Festival – Le Havre (76)

Découvrez la vidéo live de « I Just Want To Make Love To You »

Aziz Sahmaoui & University & Gnawa sera en concert à La Cigale le 25 mars 2020 – 1ere partie Cyril Mokaiesh

L’University Of Gnawa d’Aziz Sahmaoui a dix ans. L’occasion rêvée pour réviser la discographie du groupe avec un « Best-Of » anniversaire disponible le 27 mars 2020 via Zahora / l’Autre Distribution.

En 15 titres (dont certains réenregistrés ou inédits), ce « Best-Of » résume une décennie d’aventures musicales, de l’Atlas marocain aux scènes mondiales. Visite guidée: Le groupe a toujours eu une double ambition : raviver le patrimoine et apporter un supplément d’âme à la modernité. Son interprétation du classique Soudani ya yemma qui ouvre depuis toujours les concerts de l’University, l’illustre parfaitement. Les innovations de ce titre sont nombreuses : le Ngoni, instrument mandingue, est détourné par Aziz et joué à la manière du Gumbri, dont les sonorités s’accordent parfaitement avec la basse groovy d’Alune. Quant à la Kora du très talentueux Cheikh Diallo, on croirait le titre composé pour elle. L’arrangement d’Aziz est magistral, le groove d’une redoutable efficacité, le crescendo agit comme un électrochoc. La même audace s’entend dans le classique et vitaminé Ana Hayou qui clôture souvent les concerts, avec le solo hendrixien d’Hervé Samb, un des guitaristes les plus talentueux d’Afrique. Le groupe a réenregistré un de ses classiques, « Lawah-Lawah », dans une version live et encore plus groovy grâce au duo d’enfer Jon Grandcamp (batterie) et Adhil Mirghani (percussions). Dans un registre différent, « Alf hilat » est inspiré du « Chaabi » algérois, la musique populaire de la Casbah. Aziz garde certains éléments du style d’origine, mais il va également apporter des éléments plus contemporains comme les harmonies vocales, chantées entre autres par les magnifiques voix d’Alune et de Cheikh. On retrouvera enfin « Firdawss », un titre à part dans la discographie du groupe. Avec ses volutes d’arrangements subtils, ses cordes, ses harmonies mélancoliques et son magnifique solo de flûte, cette chanson s’élève et réchauffe comme les étincelles au-dessus d’un feu de camp.

Deux titres inédits complètent le « best-of ». D’abord « Un Homme Bon ». Tout Aziz Sahmaoui est résumé dans ce titre. Une mélodie mystique, une voix inhabituellement basse, une impression de générale de mystère, un texte d’une portée poétique et spirituelle d’une rare force. Et pour orner le tout, des musiciens qui mettent de côté leur virtuosité pour interpréter le plus simplement et le plus finement possible la mélopée d’Aziz. Ensuite l’épicé et festif « Afrikya », joué à quatre mains par Alune et Aziz. Une véritable fusion entre le nord et l’ouest de l’Afrique, pour mettre en avant ce son unique qui demeure une des marques de fabrique du groupe. Mais la danse et la transe ne sont pas tout. Cette musique pense et se lit, aussi. A travers les textes d’ Aziz Sahmaoui, elle est le récit d’un monde qui bouillonne, souffre et espère. Comme la bande-son d’une histoire qui va des post-indépendances jusqu’aux Printemps arabes, en passant par les guerres du Golf.

Aziz Sahmaoui regarde le monde avec lucidité et le chante les yeux ouverts, avec la force et l’élégance d’un grand poète. Ses chansons parlent de la misère des enfants (Miskina), des querelles de frontières (Entre voisins), de la guerre en Irak (Maktoube ?), ou de la déliquescence des gouvernements (Kahina), mais souvent sous la forme du conte. L’éclosion d’une révolution en Tunisie peut par exemple exhaler le parfum d’un prénom féminin (Yasmine).

Les femmes sont omniprésentes dans les chansons d’ Aziz Sahmaoui… Et donc l’amour des femmes (sous les traits de la sensuelle et mystérieuse Nouria), de la terre natale comme dans la chanson « Mazal », du continent africain dans Jana Ifrikia (hymne aux beautés de l’Afrique, objets de toutes les convoitises) et bien sûr, toujours, de la musique et du partage. Sous les ailes de l’amour, Aziz Sahmaoui a trouvé refuge et beaucoup appris. Ces 15 chansons en sont la preuve.

 Aziz Sahmaoui – Prix et nominations:
1997 – Disque d’Or pour l’album ONB en concert (album de référence de l’Orchestre National de Barbès).
2001 – Grammy Award avec le Joe Zawinul Syndicate pour l’album « 75th » (Meilleur album jazz contemporain).
2011 – Prix Mondomix et sélection FIP pour l’album University of Gnawa. 2015 – Deux nominations aux Afrimawards pour l’album « Mazal » (Best Traditional Artist and Best Male Artist / North Africa).
2019 – Prix coup de cœur de l’Académie Charles Cros pour l’album « Poetic Trance » (Mémoire vivante). Trois nominations pour le même album aux Afrimawards (Best Diaspora Act, Best Traditional Artist et Album Of The Year).
2020 : Une nomination aux Urban Music Awards (Artist Of The Year Africa).

The Baby Shakes seront en concert lundi 09 mars à Rouen « Les 3 pièces Muzik’Club » (20h30).

Ce sont les rouennais de Carbur qui auront l’honneur d’ouvrir la soirée, avec un style Garage punk idéal pour mettre l’ambiance !

The Baby Shakes est un girl group rock’n’roll-punk new yorkais composé de Mary au chant et à la guitare, Judy à la guitare et au chant, Claudia à la basse et au chant et Ryan à la batterie. La marque de fabrique de The Baby Shakes est basée sur des voix mélodiques entraînantes, contrastant avec des guitares sales et une section rythmique tueuse, qui maltraite la musique Pop des sixties. Leurs influences vont des Ramones à Slade en passant par Chuck Berry et les groupes de filles Motown des années 60,

Ces filles sont drôles et irrévérencieuses, leur musique, jubilatoire et dansante. I.M.M.A.N.Q.U.A.B.L.E !
« The new sound of old punk » (Rolling Stone)