C’est un plaisir non dissimulé de découvrir une nouvelle salle dédiée aux spectacles les plus variés, mais cette belle fin d’après midi d’automne sera consacrée à un évènement résolument Rock, même Hard Rock en référence à la tête d’affiche. La structure nommée Vim’Arts, existe depuis un peu plus d’un an, et possède un équipement technique de grande qualité, ainsi qu’une capacité d’accueil idéale, que ce soit pour le public ou les artistes.

Mais place à la musique, avec les jeunes Groov’Men qui vont occuper la scène avec conviction, en ouverture de la soirée. Devant un public déjà bien compact devant la scène, les régionaux de l’étape vont distiller un mix de reprises et de compositions personnelles qui va faire mouche ! Les morceaux évoluent dans un univers ou les mélanges de styles s’intègrent parfaitement. On y retrouve aussi bien du Rock avec quelques touches de Funk, mais aussi des sonorités plus bluesy ou encore reggae. Nathanaël a la guitare assure l’essentiel, tout comme Pierre derrière le micro, qui attire les regards par sa gestuelle lorsqu’il laisse sa guitare de côté pour mieux se concentrer sur le chant.

01-groovmen-woincourt-24_09_16-02-rts 01-groovmen-woincourt-24_09_16-01-rts

Groov’Men a parfaitement rempli son rôle de chauffer la salle, même si le groupe a besoin de s’aguerrir pour exprimer pleinement son potentiel sur une scène de cette envergure.

C’est sans artifices que Boody Rosie attaque son show avec un « Riff Raff » tonitruant, suivi d’un « Sin City » digne du combo australien. D’entrée de jeu, le ton est donné! Ce sera un set placé sous le signe de l’efficacité, d’autant plus que la qualité du son en façade est optimale.

02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-03-rts 02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-01-rts

Le combo enchaine les hymnes plombés d’AC/DC avec une fougue impressionnante, donnant la primeur au titres de la période Bon Scott. Le timbre vocal de Sébastien s’en rapproche naturellement, bien mis en évidence sur les brûlots tels que « TNT », « The Jack » ou encore « Let There Be Rock ». Le look du frontman n’est pas en reste, grâce à un physique bien ancré dans les seventies, on s’y croirait presque ! Mais que l’on se rassure, la période Brian Johnson est aussi très présente, avec les titres fédérateurs que sont « Big Gun » ou « Thunderstruck ». Justement, sur ce dernier, l’incroyable puissance de frappe de Taz impressionne. Elle propulse ce titre dans les plus hautes sphères rythmiques, mais ne nous y trompons pas, les 19 autres morceaux ont eu le droit au même traitement ! Même les soucis de retour n’ont pas déréglé l’impact de son jeu !

02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-08-rts 02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-06-rts

Le plein régime sera atteint avec le vrombissement de la 4 cordes de Thierry. Il fait claquer sa Michael Anthony Signature (bassiste de Van Halen, excusez du peu..) en parfaite osmose avec Taz, pour propulser un « Back In Black » très attendu.

Mais il est difficile, dès qu’il s’agit d’AC/DC, de ne pas faire le parallèle avec l’image même du groupe, représentée par Angus. Et dans Bloody Rosie, la perle rare existe, celle qui attire les yeux des fans. Arpentant la grande scène de long en large, et en hauteur lors de sauts dignes d’un champion olympique, Cyrille sait occuper le moindre centimètre carré d’un espace idéal pour s’exprimer pleinement. L’essentiel est ailleurs… Car dès qu’il fait sonner sa SG, cela devient magique ! La précision de chaque accord est telle qu’il n’y a aucune différence avec l’original. La finesse alliée à la technique  lors des solos impressionne, sans oublier le feeling remarquable avec lequel l’ensemble est distillé.

02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-04-rts 02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-10-rts

Quoi de mieux pour valoriser la 6 cordes lead qu’une guitare rythmique efficace? Lukas possède le don d’avoir une attaque de cordes caractéristique, vraiment dans l’esprit Rock. Et cette façon de faire sonner les accords donne tout le relief nécessaire pour transcender les morceaux, en témoigne ce « Highway To Hell » repris en cœur par une audience sous le charme.

02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-07-rts 02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-03-rts

L’enchainement « Walk All Over You » / « Touch Too Much » est une pure merveille, prouvant ainsi la cohésion de Bloody Rosie et les progrès affichés grâce à un line up désormais stabilisé.

« Whole Lotta Rosie » arrive en fin de set, juste avant les 2 rappels. Malgré la demande du public, les cloches de « Hells Bells » resteront dans les flights cases, mais c’est pour mieux finir avec « Bad Boy Boogie » et les coups de canons de « For Those About To Rock ». « We Salute You Bloody Rosie«  !!!

02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-09-rts 02-bloody-rosie-woincourt-24_09_16-05-rts

Voilà une prestation d’une grande intensité et aboutie de bout en bout, de la part d’une formation sur la pente ascendante, avec laquelle il va falloir compter !

Malgré les problèmes techniques liés aux retours, le groupe a su exploiter cette belle structure pour démontrer ses qualités et partager sa passion.

La pari de l’organisation, soutenu par la ville de Woincourt est réussi, merci à eux pour avoir mis sur pied une telle affiche qui en appelle beaucoup d’autres !

Photos et Report ©2016 Alain BOUCLY

bloody-rosie-woincourt-24_09_16bloodie-rosie-st-molf-groupr-rts-04

 

Bloody Rosie Tribute AC/DC débarque dans la salle Vim’Art à WOINCOURT (80) pour un concert bien rock n’roll à la sauce AC/DC.

C’est le samedi 24 septembre 2016 à 20h00 et ça va faire bien mal à tes cervicales !!!! Un show à ne manquer sous aucun prétexte et il reste des billets en vente sur place au tarif de 10 Euros !

 

bloodie-rosie-st-molf-groupr-rts-05 bloodie-rosie-st-molf-groupr-rts-03

bloodie-rosie-st-molf-groupr-rts-02 bloodie-rosie-st-molf-groupr-rts-01

Merci à Gege, le bassiste de Stratageme, d’avoir pris le temps de répondre aux questions pour Ride The Sky.

– L’actualité toute chaude est l’arrivée de Boban au chant. Quelles sont vos premières impressions après les 2 prestations de Noisy le Sec et du Tréport ?  

Oui, effectivement Boban nous a rejoint en juin 2016. Depuis un bon moment, Alex ne souhaitait plus continuer dans Stratageme pour des raisons personnelles. Boban est un plus dans le groupe, car il a cette voix éraillée et mélodieuse, dans le style de David Coverdale ou de Ronnie James Dio ) qui colle bien au groupe.

stratageme-27_08_16-rts011 stratageme-27_08_16-rts005

– Créé en 1970, Stratageme est l’un des plus anciens groupes français. Qu’est-ce qui vous a motivé à vous reformer en 2008 après un break de plus de 20 ans ?

J’ai été le premier surpris de cette décision de remonter Stratageme 25 ans après.

C’est un ancien membre du groupe des années 70/80 qui est passé me voir pour me proposer de remonter un groupe, histoire de faire de la musique sans se prendre la tête.

Et en 2011 cela a pris de l’ampleur avec l’arrive de Philippe et d’Alex pour finalement refaire de la musique pratiquement en professionnel, avec à ce jour plus d’une centaine de concerts !

– Et quelle est votre motivation aujourd’hui pour continuer à composer et à monter sur scène? 

C’est le plaisir de jouer, de communiquer, de créer. La scène pour moi, c’est l’aboutissement du travail fait en aparté !!!!!!

stratageme-27_08_16-rts010 stratageme-27_08_16-rts006

– Votre dernier album en date « Highway«  est sorti en 2013. Avec le recul, quels ont été les retours du public et des médias ?

Les retours du publics sont excellents du fait qu’il y a beaucoup de concerts, multipliant les possibilités de vendre l’album avec le merchandising. Par contre les medias sont inexistants. il faudrait avoir une major derrière nous avec toute une équipe qui travaille sur le groupe , malheureusement c’est pas le cas !!!!!

– Changerais-tu quelque chose à cet album si on t’en donnait la possibilité ?

Bien sur, même si je trouve que cette album sonne grave.

Avec davantage de moyens, on peut prendre le temps pour enregistrer et mixer, mais ça reste quand même un excellent album pour moi !!!!!

stratageme-27_08_16-rts009 stratageme-27_08_16-rts003

– La set list intègre de nombreuses reprises, comme celles de Van Halen, Joe Satriani ou encore Deep Purple. Quelles en sont les raisons ?  Est-ce pour permettre à Philippe de s’exprimer davantage ?

Oui et Non.

Oui, du fait que Stratageme a toujours mis en avant une sorte de guitar hero dans tout les line up du groupe.

Et non, car les reprises sont pratiquement obligatoires. Les compositions du groupe ne sont pas assez connus et pour avoir l’opportunité de faire de nombreux concerts, il faut se plier à ça. On voit bien aujourd’hui que ce sont les tributes band qui tournent le plus, et puis faire du Van Halen ou Satriani c’est un kiff …

– Quels sont vos projets ? Avez-vous de nouvelles compositions pour un futur enregistrement ?

Oui, avec l’arrivé de Boban, on a commencé à écrire des nouveaux titres et on espère pouvoir sortir un nouvel album très prochainement …

stratageme-27_08_16-rts001 stratageme-27_08_16-rts008

– Qu’écoutes-tu en ce moment ?

Lynch Mob, Night Ranger, et… Stratageme !

– Y a t’il un groupe qui t’as marqué au cours de ces dernières années, tous styles confondus

?

Deux ! Van Halen et  Whitesnake.

– Quel est ton avis sur la situation du métal en France, et son évolution lors de ces dernières années ?

Je ne suis pas un grand spécialiste, car pas très fan.

Je trouve que c’est toujours au point mort. Il ne se passe pas grand-chose, sauf qu’il y a de plus en plus de très bons musiciens en France et de moins en moins de bonnes créations …..

stratageme-27_08_16-rts004 stratageme-27_08_16-rts002

Je te laisse le mot de la fin pour Ride The Sky !

Tout d’abord merci a toi pour cette interview.

Que la population rock et métal se déplace un peu plus pour soutenir les groupes français.

Sans oublier les organisateurs de festivals et les diverses organisations, car c’est de plus en plus dur pour tout le monde !!!!!!

ROCK’N’ROLL HIGWAY ….

Réalisation & Photos © 2016 Alain BOUCLY

 

Entretien avec la guitariste rythmique BB Young, réalisé par Alain BOUCLY pour Ride The Sky à Bethancourt en Vaux (02) lors du Festival Plein Air le 27 août 2016.

– Racontes nous les débuts de BACK:N:BLACK, et expliquer comment le groupe s’est formé ?

Le groupe s’est formé en Allemagne en 2010, suite à l’appel d’une amie qui recherchait des filles pour jouer du AC/DC lors d’un festival. L’idée, c’était de faire une seule date avant qu’elle parte s’installer aux Etas Unis. Elle m’a demandé si je voulais jouer de la guitare rythmique. « Oui, bien sûr, luis ai-je répondu, si c’est juste pour un festival, pourquoi pas, ça va être marrant! » Cela a été l’occasion de rencontrer les autres musiciennes sur scène le jour même, où tout s’est vraiment bien passé. J’ai donc recherché des concerts pour le groupe, et ce même festival nous a demandé d’y rejouer l’année suivante. D’accord, mais comment allons nous faire, maintenant que notre chanteuse est aux Etas Unis? Ils étaient d’accord pour payer le billet d’avion, et finalement, ça ne s’est pas fait. Du coup, nous avons trouvé une remplaçante, pour les véritables débuts de BACK:N:BLACK. Cela nous a permis d’enchainer les concerts, car il y avait beaucoup de demandes de la part du public.

alain-boucly-028rts alain-boucly-015rts

Vous êtes toutes originaires de Suisse?

Au début, j’étais la seule à venir de Suisse, le reste du groupe étant d’origine allemande. Il y a eu plusieurs changements de line up avec diverses nationalités européennes. Maintenant, le groupe est composé de 4 suissesses et d’une italienne.

– Pourquoi avoir choisi de jouer la musique d’AC/DC plutôt que celle d’un autre groupe ?

Parce que c’est la meilleure musique du monde !

– Est-ce que vous reproduisez fidèlement les morceaux, ou est-ce que vous apportez votre style personnel ?

Tous les musiciens ont leur personnalité dès qu’ils jouent. Bien sur, nous essayons d’être le plus fidèle possible à l’original, car c’est une preuve de respect pour la carrière d’AC/DC. Nous sommes tellement fascinées par leur musique que l’on fait tout pour la reproduire le mieux possible. Mais nous apportons un peu notre style, car nous ne sommes pas des mecs de 70 ans ! Nous jouons un instrument depuis des années et forcément, chacune d’entre nous a son propre style.

Randy : (manageur de BACK:N:BLACK) Je travaille avec le groupe depuis longtemps, et il y a une chose vraiment intéressante, c’est qu’elles sont fidèles à l’esprit d’AC/DC. Elles sont très attentives à l’esprit original, même s’il peut y avoir certaines choses qui changent.

 alain-boucly-032rts alain-boucly-023rts

Il y a un nombre incroyable de tributes AC/DC. Qu’est-ce qui, d’après toi, vous différencie des autres ?

C’est l’attention que l’on apporte aux détails. Je suppose qu’il y a beaucoup de tributes AC/DC qui pensent que c’est une musique simple, mais quand on écoute attentivement comment ils jouent les morceaux, cela n’est pas si facile ! De nombreux groupes jouant du AC/DC peuvent s’en approcher, car on reconnait la musique, mais il y en a peu qui font attention à la main droite de Malcolm Young.

– Que représente AC/DC pour toi ?

Une partie de ma vie !

– As-tu déjà eu l’occasion de rencontrer les musiciens d’AC/DC et dans quelles circonstances ?

J’ai rencontré Angus Young, mais c’était avant que BACK:N:BLACK ne soit formé, lors du passage d’AC/DC au Hallenstadion de Zurich. N’ayant pas de billet, j’ai attendu à l’extérieur du stade, lorsqu’un agent de sécurité au eu pitié de moi. « Tu sais, je ne peux pas te faire rentrer, mais je peux t’indiquer ou se trouve leur hôtel » me dit il. Je suis donc allée là bas et j’ai pu voir Angus Young. C’était un moment magique ! Il est vraiment petit, un peu comme une créature d’histoire de conte de fées. J’ai aussi rencontré la femme de Brian Johnson ainsi que son neveu qui est fan de nous. Il nous a invité lors de leur dernier concert en Suisse et nous avons pu voir le show depuis l’ilot technique son, où toute la famille était présente. Il y avait les cousins, les neveux, les nièces, et ce sont vraiment des personnes chaleureuses.

 alain-boucly-022rts alain-boucly-011rts

– Quel est ton album et ton morceau préféré d’AC/DC ?

J’aime beaucoup « Powerage » et « Back In Black », un très bon album qui fera partie des meilleures ventes. Hummmm… La chanson préférée ? Pour jouer, c’est « Riff Raff » et « Shoot to Thrill ».

– Et à écouter ?

J’aime beaucoup « What’s Next To The Moon » et « Shake A Leg ».

– D’ou vient cette passion pour le Rock n’ Roll ?

Je ne sais pas ! Mon père était musicien quand il était jeune, mais c’était avant ma naissance. Peut-être que c’est dans le sang ! J’ai découvert le rock’n’roll comme tout le monde, quand j’étais adolescente, car mes amis écoutaient ça. A l’école, on devait faire un choix entre l’art et la musique. J’ai choisi la musique et la guitare classique comme instrument, mais ça n’était pas pour moi ! J’ai demandé à mon père de m’acheter une guitare électrique et appris moi même.

alain-boucly-020rts alain-boucly-018rts

– Avez-vous d’autres projets avec vos propres compositions ?

Oui, j’ai un groupe avec Randy qui se nomme D’Anglerz et nous écrivons nos propres compositions qui sont d’ailleurs en cours d’enregistrement. C’est un style un peu plus dark !

– Dans quel état d’esprit es-tu en ce moment, avant de monter sur scène ?

Je suis prête à monter sur scène ! Aujourd’hui c’était vraiment une journée très chaude et je suis pleine d’énergie pour tout donner !

Je te laisse le mot de la fin pour le public français !

Vous êtes très cool car vous aimez le rock. C’est notre second concert en France, mais le précédent étant juste à la frontière, on peut dire que c’est le premier véritablement au cœur du pays. J’aime bien la France et j’ai de grands d’espoirs pour vivre une belle soirée de rock’n’roll ensemble !

alain-boucly-008rts alain-boucly-047rts

– Merci BB !

Merci à toi !

Réalisation et Photos : Alain BOUCLY

LINKS
———————-
www.backnblackgirls.com
www.facebook.com/backnblack
www.youtube.com/backnblackgirls
www.instagram.com/backnblackgirls
www.twitter.com/backnblackgirls
http://www.plus.google.com/+backnblackgirls

LIVE VIDEOS
———————-
www.youtube.com/backnblackgirls
Rock or Bust (Live in Scotland): https://youtu.be/xQ2-jyY1zvg
DVD Teaser: https://youtu.be/HQc5vm4OV48
Shake a Leg (Live in Czech Republic): https://youtu.be/gr5zhVQHD-8
Thunderstruck (Live in Switzerland): https://youtu.be/cDOeDSlvn_U
For Those About to Rock (Live in UK): https://youtu.be/gxL7R56yzC8

Entretien avec les 2 guitaristes, Cyre et Marc, effectué par Alain BOUCLY lors de la 8ème édition du Festival Rock Plein’ Air.

– Pouvez-vous résumer les grandes lignes de la carrière du groupe depuis sa création ?

Nous nous sommes formés en janvier 2000, puis avons autoproduit « Heretic » la même année. Cet album ressortira en 2003 et sera distribué par Brennus. 2 autres enregistrements suivront, avec « Chemin des Dames » en 2005 et « Messager du Mal » en 2010. La sortie du 4ème album est prévue en 2016.

thorgen bethancourt rts 01 thorgen bethancourt rts 02

– Quel est le line up actuel ?

Le groupe se compose de Mélodie au chant et au violon, Yves au chant et aux claviers, Marc à la guitare solo, Nathanael à la batterie, Olive à la basse et Cyre à la guitare rythmique.

– D’ou vient Thorgen et pourquoi ce nom ?

(rires) 2 semaines avant notre premier concert, nous n’avions toujours pas trouvé de nom. Notre ancien batteur, qui venait du groupe Rémois Lost, avait Thorgen comme surnom à cause de sa tête de viking, et nous l’avons pris. C’est aussi le nom du méchant dans le film « Conan le Barbare ».

– Pour quelle raison avez vous choisi de chanter en français ?

Cyre: Parce que c’est moi (Cyre ndr) qui compose les textes et  je ne sais écrire qu’en français, avec beaucoup de fautes et beaucoup de mal.

Marc: Nous ne savons pas écrire en anglais. Du coup nous privilégions la langue que l’on maitrise un peu, car nous essayons d’écrire des textes qui ressemblent à quelque chose. C’est un peu la solution de facilité, car on serait incapable d’écrire dans une autre langue.

thorgen bethancourt rts 08 thorgen bethancourt rts 05

– Justement, avez vous déjà essayé de retranscrire un morceau en anglais?

Oui, nous l’avons fait! Il y a une version anglaise du morceau « Thorgen », traduite par une amie professeur d’anglais, mais cela n’a jamais été enregistré. Aujourd’hui, je préfèrerai essayer sur un autre titre, c’est vrai que c’est une bonne idée ! Ce serait sympa de le faire sur 1 ou 2 morceaux, on va y réfléchi

– Comment définirais-tu votre musique ?

Cyre: Entre nous, nous ne sommes même pas du même avis !

Marc: Je trouve que c’est du rock « commercial » ! (rires)

Cyre: Nombreux sont ceux qui disent que c’est du Heavy Rock. Pour ma part, je dirais plutôt du Heavy Metal à la Judas Priest, comme je suis fan ça me rassure !

Marc: C’est assez différent du Heavy et du style Judas !

Cyre: Bien sur c’est différent, Yves ne chante pas aussi bien que Rob Halford ! Déjà sur ce point, nous sommes en dessous !

Marc: On a essayé de téléphoner à Rob, mais il n’était pas disponible! Certaines personnes nous disent qu’il y a des sonorités celtiques par moments, à cause du violon. D’autres nous classent dans la catégorie Rock celtique, ou Folk Rock….

Cyre: Lorsque nous jouons à Fismes avec des groupes comme Gang, nous sommes considérés comme une formation Heavy.

thorgen bethancourt rts 10 thorgen bethancourt rts 04

– Quelles sont vos principales influences ?

Marc: Le Metal Prog dans son ensemble, avec évidemment Dream Theater que j’écoute beaucoup. Il y a également Symphony X, Kamelot.

Cyre: Je suis un grand fan de hard et metal français, avec une collection de plus de 1500 cd ! Mes grosses références restent Trust et Judas Priest.

Marc: Olive écoute de tout, Yves est davantage tourné vers le Rock américain, Bon Jovi etc…

– Ou en est l’enregistrement du 4ème album et avez vous fixé une date pour sa sortie ?

A l’heure actuelle, il reste 2 morceaux à enregistrer. Le mixage des autres titres est en cours de finalisation. On pense qu’il sera prêt pour le mois de novembre 2016.

Il y a eu quelques difficultés car nous avons changé de batteur en septembre 2015. Le jeu de Nathanael étant très différent de son prédécesseur, nous avons décidé de tout réenregistrer, en modifiant même certains plans de guitare. De ce fait, nous sommes quasiment repartis de zéro depuis 1 an.

thorgen bethancourt rts 07 thorgen bethancourt rts 06

– Peux-tu nous en dire plus sur son contenu, son orientation musicale et nous dévoiler quelques éléments en avant première ?

Cyre: Musicalement, ça reste du Thorgen, avec une présence plus importante de la voix de Mélodie, qui se trouve a égalité avec Yves pour le chant lead. Pour une fois, je n’ai pas écrit tout les morceaux, mais la moitié avec Marc. On peut dire que c’est un album à 50% composé par les 2 guitaristes, nous nous sommes fait plaisir !

Marc: Exact ! C’est la première fois que j’en fait autant.Il y a aussi beaucoup plus de violon et de claviers que sur les albums précédents.

Cyre: Et on remet « Chemin des Dames » version… euhhhh… Anglaise !!!! (rires)

Marc: Ohhh sans rire, mais attends… C’est bon, j’ai le traducteur.

Cyre: On en reparle après !

Marc: Je vais dire au chanteur qu’il faut la réenregistrer en anglais.

Cyre: Mais avant, tu précises que c’est de la faute d’Alain !

– Comment choisis-tu les titres de la set list et aurons nous le privilège d’avoir des nouveaux morceaux ce soir ?

Il y aura 4 morceaux extraits de « Messager du Mal », plus « Chemin des Dames » et le reste sera dédié aux nouvelles compositions.

Après, il y a encore quelques titres sur lesquels Nath est en train de travailler, et pour lesquels il est encore prématuré de jouer en live.

Mis à part « Chemin des Dames », on ne joue plus rien des 2 premiers opus. C’est un peu notre morceau phare que le public attend, et le réclame parfois.

thorgen bethancourt rts 09 thorgen bethancourt rts 03

– Quel est ton avis sur la situation du metal en France, et son évolution lors de ces dernières années ?

Marc: Je trouve que le niveau est devenu très élevé. L’aspect technique est pointu et il y a de sacrés musiciens.

Cyre: Il y a toujours les anciens comme Killers ou ADX qui sont toujours là et qui continuent  de sortir des albums de qualité.

Après il y a des groupes de passionnés comme Spirit ou Gang, qui sonnent bien et tournent beaucoup, y compris à l’étranger.

Marc: Le son a considérablement évolué, se rapprochant de plus en plus des productions anglo saxonnes. Mais le problème c’est qu’en France tout le monde s’en moque. Le public averti a du mal à se renouveler, car je vois peu de jeunes s’intéresser à ce style. La violoniste de 27 ans a ses amis qui viennent la voir en concert, mais ils n’aiment pas cette musique!

Cyre: Pour répondre à ta question, il n’y a pas d’évolution au niveau médias, peut être même une régression. C’est la France quoi !

Merci à tous les 2 pour votre patience et votre bonne humeur !

Réalisation & Photos : Alain BOUCLY

Si vous êtes friand de pop punk efficace, qui ne prend pas la tête mais qui offre malgré ça, de la créativité et de la richesse nappée d’un humour qui vous rendrait nostalgique… Alors « Straight Jacket Legends » est un groupe qui a des chances de vous plaire ! Ces joyeux lurons, m’avaient déjà séduits avec leur EP « Lemon Party »… J’attendais donc leur premier album avec l’impatience d’un enfant qui guetterait l’arrivée du père noël par sa fenêtre. Valait t-il cette (peut être trop) grande attente de ma part ?

Go Bananas

Les qualités

. L’efficacité : L’album est comme je l’imaginais ; c’est à dire « fun » et vraiment plaisant. C’est simple c’est toute la pop punk que j’aime ! Le pont de la chanson d’ouverture « Tell Me How You’re Feeling » est entraînant, le refrain de « Take Some Time » accrocheur et bien construit et le violon de « Paper Plates » touchant. Ce ne sont en plus, que des exemples parmi d’autres éléments réjouissants qui me donnent envie de redémarrer le disque quand il s’arrête de tourner.

. La créativité et la variété : De la pop punk efficace, mais aussi travaillée et recherchée ! Cela se voit notamment sur les riffs de guitare qui sont bien trouvés et intéressants… Certains donnant même une marque de fabrique, une identité au groupe : « Take Some Time ». Cela se voit aussi sur l’utilisation d’instruments différents (des cuivres, du violon) et sur certaines idées, qui me semblent inédites. Comme sur ce titre « Familiar Songs » qui fait de l’autodérision, et utilise volontairement un riff de guitare pop punk très classique pour évoquer le thème des chansons qui se ressemblent les unes aux autres. (enfin, c’est comme ça que je l’interprète)

. L’homogénéité : Contrairement à leur EP (ce n’était pas bien grave surtout pour un EP), l’ensemble est homogène malgré la variété, et on comprend que chaque morceau appartient à cet album et à son univers.

. La promotion : Deux chansons sur dix ont été dévoilées, très bonnes mais ce ne sont pas les plus accrocheuses du disque (elles laissent donc aux fans la surprise des morceaux les plus entraînants) et bien sûr, elles représentent correctement l’album dans son ensemble. Voici donc, un parfait exemple de bonne promotion… et selon moi, les autres bandes devraient en prendre de la graine. D’autant plus que « Straight Jacket Legends » est un tout nouveau groupe, encore très frais. Il aurait été facile et justifiable pour eux, de révéler en premier single, le titre le plus entêtant de tous. Et ils ne l’ont pas fait ! Ils ont fait ce qui fallait faire : choisir pour singles, les chansons qui donnent le ton de l’album qu’ils défendent.

. Les thèmes et la pochette : Les dernières petites éloges iront à la pochette et aux thèmes de l’album, qui sont simplement excellents. Et je n’ai pas grand-chose à redire dessus. « à part peut être le fait que la pochette me rappelle le style de celles de « Zephyr 21 » notamment au niveau des personnages. Serait-ce le même graphiste ou simplement de la bonne inspiration ? »

Les défauts

. La production : En réalité, la production est loin d’être mauvaise car elle est très propre… mais peut être un peu trop à mon goût. J’ai l’impression qu’elle étouffe légèrement la puissance de chaque titre, même si elle reste d’une qualité indéniable.

. Un détail : Mon petit regret de l’album ? Ça serait clairement du chipotage, mais je vais quand même le dévoiler : bien que l’album est efficace, il n’y a pas de morceau qui m’a autant fait frissonner que leur ancien titre « She’s Out Of Line ». Il faut dire que celui-ci, m’avait vraiment impressionné.

Mais comme vous l’aurez compris, « Go Bananas » est pour ma part, un très bon album de pop punk qui met en avant le potentiel de ce groupe prometteur. Peut être parviendra t-il à se faire une place parmi les nouvelles icônes de ce genre comme « State Champs » ou « Neck Deep » ces derniers ayant, un style très différent et plus contemporain ? Seul le temps nous le dira… mais je pense que grâce à leur style à la fois accessible, imaginatif et enthousiaste, c’est tout à fait possible.

La liste des pistes

01 Tell Me How You’re Feeling
02 She’ll Never Be Mine
03 What Does It Feel Like
04 Facebook
05 Familiar Songs
06 Take Some Time
07 More Than This
08 Paper Plates
09 Run Away
10 Don’t Wake Me

Billy Talent est pour ma part, l’un des meilleurs groupes de punk rock de ma génération (les années 2000). Car ils ont toujours sur mélanger la richesse de leur style unique avec une redoutable efficacité. Est-ce le cas avec cette cinquième œuvre ? Et bien… personne ne semble être du même avis. Ce qui n’est pas une mauvaise chose ! Car cela signifie qu’il y a beaucoup de choses à dire sur cet album. En tout cas, moi, j’en beaucoup à en dire.

Afraid of Heights

Les points négatifs

. La promotion : et oui ! Moi qui voulait arrêter de rabâcher ce problème, je dois encore en parler… parce qu’elle peut vraiment gâcher le plaisir d’écoute. Après avoir écouté les singles « Afraid of Heights » et « Louder than the Dj », j’ai écouté l’album entièrement. Et je trouvais qu’il manquait cruellement d’efficacité. Mais la vérité, c’est que les trois morceaux les plus attractifs et qui percutent dès les premières écoutes… ce sont les trois singles ! Alors autant, le titre éponyme fait vraiment un bon premier single car il représente l’album dans sa globalité. Mais « Louder than the DJ » et « Ghost Ship of Cannibal Rats » auraient clairement du être gardés secrets. Le premier à le refrain le plus délirant de tous et la seconde à des astuces de sons, de chants et de guitare qui font mouche à chaque fois. Je sais que je dis à chaque fois que les meilleurs morceaux ont été dévoilés avant la sortie d’un album, mais là en terme d’efficacité directe, c’est réellement le cas.

. Le recyclage des concepts : « Afraid of Heights » semble partir sur le postulat suivant : mixer le style « originel » de Billy Talent avec la variété du précédent album « Dead Silence », et rendre le tout homogène. Une excellente idée d’évolution ! (même si je pense plutôt que le groupe à composé avec ses émotions et à écrit ce qu’il ressentait bien) Le souci, c’est que même si l’album est créatif, il y a beaucoup d’idées et de concepts qui semblent être réminiscents de « Dead Silence ». « Louder than the Dj » me rappelle « Surprise Surprise » dans sa forme, les chants hyperactifs de « Time-Bomb Ticking Away » me donnent envie de réécouter « Man Alive ». « Leave Them All Behind » avec ses mélodies accessibles me ramène à « Show Me The Way » et le chant planant de « February Winds » m’évoque celui de « Swallowed Up By The Ocean ». Comprenez-moi bien, dans aucun de ces exemples il ne s’agit de plagiat ! Mais il y a un certain sentiment de redondance qui se fait progressivement et subtilement sentir.

Les points positifs

. La richesse : Comme ses prédécesseurs (et particulièrement « Dead Silence »), l’album « Afraid of Heights » transpire la qualité de composition, la richesse, et déborde de détails qui vous feront réécouter chaque morceau avec beaucoup de plaisir. Je parlais des astuces de voix et de riffs de « Ghost Ship of Cannibals Rats » (j’adore l’effet radio sur le chant des seconds couplets, et le passage « taping ») mais il y a des tas autres idées qui sont vraiment bienvenues et rendent même certaines pistes uniques pour le groupe. « The Crutch » mélange des riffs de guitare « funs » avec un chant entêtant. « Rabbit Down the Hole » est un long numéro de rock parsemé de jolis airs d’acoustiques, « Horses and Chariots » est audacieuse, avec ses sons électroniques et son coup de piano qui porte un refrain pourtant purement punk rock. Bref, en clair, Billy Talent ne se fout pas de ses fans !

. Les thèmes et la pochette : Oui mesdames et messieurs ! La pochette d’un disque est importante ! Parce qu’elle permet d’une certaine manière, de faire visualiser l’univers de ses musiques. Et donc, d’encourager à comprendre ses messages, à réfléchir, et à développer l’imagination que le rock peut procurer. Et non ! Mesdames et messieurs, je ne pars pas trop loin. Plus sérieusement, le groupe dévoile de magnifiques pochettes depuis leur effort antécédent (qui sont les graphistes s’il vous plaît ?) et celle de « Afraid of Heights », est en parfait accord avec les thématiques qu’il propose : notamment politiques. Billy Talent n’hésite pas à évoquer des sujets pointus voir tabous, et encourage à se battre contre les injustices et les incompréhensions du monde. À se battre, contre les ennemis de l’humanité. Le groupe évoque aussi, un sujet qui me tient à cœur ; celui du pouvoir du rock and roll dans « Louder than the Dj », immortel et intemporel.

Au final, même si « Afraid of Heights » à des défauts que le précédent album « Dead Silence » n’avait pas… il reste un très bon album de punk rock. Unique en son genre, et jamais lassant. Car Billy Talent, écrit toujours avec du cœur, de la passion, et son génie habituel. Ce n’est en tout cas pas cette année, qu’ils se mettront à faire de la soupe.

La liste des titres

01 Big Red Gun
02 Afraid of Heights
03 Ghost Ship of Cannibal Rats
04 Louder than the DJ
05 The Crutch
06 Rabbit Down the Hole
07 Time-Bomb Ticking Away
08 Leave Them All Behind
09 Horses and Chariots
10 This Is Our War
11 February Winds

Article : Le point sur les chroniques

Publié : 29 août 2016 par Quentin V. dans Musique, Uncategorized
Tags : ,

J’écris ce petit article afin de parler des chroniques à venir et de leur nouveau fonctionnement… Parce qu’en effet, ayant délaissé cette pratique malgré la sortie massive d’albums monstrueusement importants (Blink-182, Billy Talent, Kissin’ Dynamite…) et ayant également remarqué plusieurs défauts récurrents dans les précédentes chroniques : comme par exemple, le fait de donner des notes qui ne reflètent finalement pas mon avis définitif. Ou encore, le fait de rabâcher sans cesse le problème d’une promotion qui met en avant les titres les plus efficaces d’une production. Je pense qu’il est grand temps de ré accorder les cordes de mon arc.

Voici les quelques points qui marqueront du changement dans les critiques à venir…

Afraid Of Heights
10
California

. Le temps : Désormais, je m’efforcerais d’attendre au moins une, deux voir trois semaines avant de critiquer un album. Et non trois jours. Tout simplement parce que mon avis met parfois du temps à se peaufiner… notamment à cause de certains détails difficiles à remarquer, à comprendre, et qui ont tendance à m’échapper lors des premières écoutes. Il ne faudra donc pas vous attendre à lire la critique d’un album avant sa sortie officielle.

. Le choix : En ce qui concerne le choix des albums à critiquer, je me baserais sur cet ordre de priorité :

01 Les albums de pop punk et de punk rock de groupes récents ou en quête de notoriété… Parce que ce style de musique est celui qui me passionne le plus, et parce que les jeunes groupes qui se cherchent un nom dans l’art de la musique, ont parfois besoin d’un petit coup de pouce. Comme par exemple, une critique qui met en avant leurs talents, leurs qualités et les défauts qu’ils peuvent combler.

02 Les albums de pop punk et de punk rock de groupes déjà cultes (Blink-182, Sum 41, The Offspring, Billy Talent, ect…)

03 Les albums de metal de groupes récents.

04 Les albums de metal de groupes déjà cultes.

05 Les albums de rock et de pop.

. Le fonctionnement : Comme je l’ai déjà dit, les notes, c’est terminé… et les top 5 de chansons ? Également !. À partir de maintenant, mes critiques seront simples : après une brève présentation du groupe, je citerais ce que je considère comme étant les défauts, puis les qualités d’un album. Le tout se terminera par une conclusion et par une petite phrase qui résumera mon avis global.

. Les critères d’évaluation : Pour que les choses soient claires et que chacun puisse comprendre mon point de vue sur la musique, voici les dix points qui me feront dire si un album est réussi ou non. Aujourd’hui, ils ont tous pour moi, une importance quasi-similaire.
– l’efficacité : l’émotion que provoque chez-moi un album, notamment lors de ses premières écoutes
– la créativité : l’originalité des compositions
– la variété
– l’évolution : la présence ou non de nouveautés
– l’homogénéité : la cohérence, le respect d’un parti-pris et de son univers
– les thématiques
– la promotion : la pertinence du choix du, ou des singles
– la production : le son et le mixage
– la pochette du disque
– le plaisir de réécoute

Je pense que tout a été dit, alors sur ce… je vous donne rendez-vous pour une prochaine chronique! qui j’espère, vous fera découvrir de nouveaux horizons musicaux.

back n black bethancourt 2016Cette nouvelle édition du Festival Plein’ Air de Bethancourt-en-Vaux se déroulera le samedi 27 août 2016 à partir de 18 heures. Avec 5 groupes au programme et une météo exceptionnelle, c’est un rendez-vous à ne pas manquer ! Avec au programme:

HeadSway: Ce sont 5 (ou 6) musiciens qui agitent la tête au fil des notes et vagabondent avec leurs instrus et leurs guirlandes partout où on les accueille avec le sourire. Un répertoire pop folk, avec quelques touches d’oldies pour faire bouger leur public, et de la bonne humeur : c’est la recette HeadSway pour passer un super moment ! »

Pleasure: Dans le style rock alternatif, Pleasure crée une odyssée musicale, voyageant depuis la sérénité des abysses jusqu’aux tumultes du cosmos, en passant par les vrombissements incessants qui rythment le monde. Sans détour, Pleasure vous transmet ses émotions, qu’elles soient planantes ou explosives.

Thorgen: Le groupe existe depuis 16 ans et se compose de Mélodie (chant/violon), Yves (chant/claviers), Cyre (guitare/chœurs), Marc (guitare/chœurs),  Oliv (basse), et de Nathanaël (batterie) qui est arrivé en 2015. Le heavy rock mélodique de Thorgen a tout de suite reçu un très bon accueil, grâce à sa musique énergique rehaussée par le violon et la voix féminine. Les musiciens de Thorgen attachent une grande importance aux textes de leurs morceaux,  ce qui les a conduit à écrire en Français. Un  album est en cours d’enregistrement, pour donner une suite aux 3 opus que sont « Hérétic », « Chemin Des Dames » et « Messager Du Mal », démontrant ainsi  toute la qualité et la diversité des compositions de Thorgen.  Ce dernier marque une évolution du groupe, en ce sens qu’une part plus importante est laissée aux claviers, au violon, et à la voix de Mélodie. Plusieurs clips, dont « Toi » et « Résurrection » ont été tournés par  Genica Prod.

Stratageme se reforme en 2011, sous l’impulsion de Gérard Mottee (basse) et l’arrivée d’Alex Puiseux (chant), de Philippe Kalfon (guitare) et d’Aurélien Ouzoulias ( drums ) …..
Après avoir rodé son nouveau répertoire sur scène, Stratageme nous offre enfin son album de 12 titres : « Highway », un album Hard Rock Melodique, très réussi grâce à un condensé de mélodies enlevées, d’un son puissant et des guitares tranchantes.
Philippe Kalfon, guitariste, qui se charge aussi de la production avec Vincent Termidor, livre une performance de haut niveau, tantôt proche d’Eddie Van Halen avec « I feel the heat » ou de Joe Satriani avec « Gimme, Gimme ». Le pêchu « Highway », l’influence de Journey dans « Believe », les Heavy « Never say goodbye », « Hard time » ou « Leave me » sont des bons exemples de l’excellente tenue, tant instrumentale que vocale.
C’est un Hard US de bonne facture emportant et énergique, dont le dynamisme des compositions offre de la fraîcheur à l’ensemble.
« Highway » est parfaitement exécuté et c’est la preuve d’un réel savoir-faire. Cet opus, offre à l’auditeur un pur plaisir auditif, ce qui nous fait dire que ce retour pourrait bien être un retour gagnant pour Stratageme. Le groupe enchaine les concerts avec notamment le festival de Montereau, et plus d’une centaine de dates en 5 ans, et propose aussi des covers de Van Halen, Joe Satriani, Gary Moore et autres Deep Purple.

“Nous sommes cinq filles qui aiment jouer du AC/DC plus que tout!                                                                      À travers Back:n:Black nous essayons tout simplement d’apporter notre propre amour pour la musique d’AC/DC.”                                                                                                                                                                    Fondé en Suisse et arrivées sur scène en 2010, ces jeunes musiciennes talentueuses ont conquis d’emblée les fans d’ AC/DC. En 2015, les filles ont joué en Allemagne, Angleterre, Ecosse, Italie, Liechtenstein, République tchèque et la Suisse. 2016 va ajouter la France, la Belgique, la Scandinavie, les Etats-Unis et plus à cette liste.                                                                                                                                                                 La réputation du groupe est fondée sur leur prestation scénique embrasée de passion, énergie, et connexion chaleureuse avec leur public.                                                                                                                   Leur conviction fervente de mélanger leur amour pour la musique d’ AC/DC avec de la compétence musicale inébranlable a même attiré l’attention des membres d’AC/DC.                                                                Le groupe reprend toute la carrière de AC/DC, avec des tubes comme « Rock or Bust », « Thunderstruck », « Hells Bells », et « Highway to Hell », mais aussi des joyaux moins connus, comme « Down Payment Blues » ou « Shake a Leg ».

ABYSSE « I Am The Wolf »

Publié : 16 août 2016 par DJ Neurotic dans News
Tags : , , , , , ,

ABYSSE I Am The Wolf

ABYSSE
I Am The Wolf

Blue Wave Records / Season of Mist

Le quatuor instrumental nous revient avec un deuxième album toujours orienté Post-Hardcore, mais bien plus incisif et viscéral que son prédécesseur ! La force du combo Choletais se trouve dans sa simplicité d’exécution et la pureté des émotions mises en valeur (« Persuasion »), là où tant d’autres formations se perdent en technicité lourdingue. Lorgnant vers le Stoner dans son approche du son, mais aussi d’un Heavy Doom old school et énergique à la Entombed ou Cathedral (« I Will Rise »), les gars d’ABYSSE ne sont vraiment pas du genre à se morfondre dans une mélancolie mollassonne !
Après l’excellent En(d)grave sorti en 2012,  I Am The Wolf laisse moins de place au psychédélisme des 70’s (même si wawa et fuzz sont au programme), pour une production générale et généreuse, aussi limpide que puissante, offerte par David Potvin. Appuyé par un artwork du plus bel effet (Hades Design), le nouvel ABYSSE est juste incontournable !
Guillaume Cantaloup (DJ Neurotic)