Live Report: Chris Slade + Sticky Boys @ Cléon « La Traverse » 09 novembre 2017

Publié : 12 novembre 2017 par Alain B. dans Live reports, Musique
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

La salle de « La Traverse » à Cléon est surtout réputée pour sa programmation axée sur le Blues, comme en témoignent les artistes à l’affiche de cette 25ème édition du Festival.

De nombreuses variantes de ce style musical sont également proposées, comme le Rock en version plus hard, afin de ravir une frange du public qui n’a pas hésité à faire le déplacement . C’est d’ailleurs dans ce cadre que se situe l’évènement de cette soirée automnale, avec la venue de Chris Slade, connu pour avoir officié dans AC/DC  entre 1990 et 1995 et toujours dans le groupe à ce jour depuis le remplacement de Phil Rudd sur la dernière tournée des australiens.

L’honneur d’inaugurer la scène reviendra aux Sticky Boys, qui va distiller un set remarquable de dynamisme. Le trio parisien ne fait pas dans la dentelle et envoie une succession de titres à l’accent bien rock’n’roll, joués avec une énergie sans faille. Avec 3 albums à leur actif, dont le tout dernier « Calling The Devil » sorti en début d’année, au contenu taillé pour prendre toute sa dimension en live. Alex, à la guitare et au chant, ne ménage pas ses efforts pour faire participer le public, tout comme ses 2 compères d’une section rythmique efficace.

 

Même si les compositions ne détiennent pas la palme de l’originalité, il faut bien avouer qu’elles font passer un bon moment, et c’est bien là l’essentiel.

Après une courte introduction instrumentale, l’arrivée de The Chris Slade Timeline, donne le ton d’entrée de jeu avec « Dirty Deeds Done Dirt Cheap« , extrait de l’album éponyme sorti en 1976. Franck Night met en avant un timbre de voix se situant en Bon Scott et Brian Johnson, et c’est lui qui tiendra le micro pour interpréter l’ensemble des titres d’AC/DC. Le bonhomme ne paye pas de mine, mais franchement, la similitude vocale est bluffante !

 

Mais la carrière de Chris Slade ne s’arrête pas au répertoire de nos australiens préférés ! Notre gaillard a une carrière longue comme le bras, et c’est un best of de ses principales collaborations qui va être proposé à une salle désormais pleine à craquer.

Avant l’entame de chaque titre, Chris mettra un point d’honneur à présenter lui même les groupes dans lesquels il s’est fait remarquer derrière les fûts. Manfred Mann’s Earth Band est de ceux là, avec « Davy’s on the Road Again » interprété par le second chanteur Steve Glasscock, dont les capacités lui permettront d’assurer efficacement le rôle de frontman polyvalent.

 

Les morceaux d’AC/DC alterneront avec le riche répertoire du batteur gallois, comme l’entrainant « July Morning » d’Uriah Heep, le plus calme « Parisienne Walkways » de Gary Moore ou encore le classique « Delilah » de Tom Jones.

C’est un Chris Slade tout sourire et non dénoué d’humour qui annonce, en français, les jours de la semaine : « lundi », « mardi »… « samedi » et « dimanche » associé aux cloches d’« Hells Bells » ! « Comfortably Numb » de David Gilmour nous transporte dans un univers plus progressif, qui contraste avec l’inévitable solo derrière lequel va s’enchainer « The Razor’s Edge », titre du seul album studio d’AC/DC auquel Chris Slade a participé.

 

L’ambiance devient surchauffée, lors de l’enchainement « You Shook Me All Night Long », « Riff Raff » et « Thunderstruck » ou Chris nous gratifie de frappes phénoménales sur les 2 grosses caisses latérales !

L’audience, très participative de bout en bout, va donner de la voix pendant les 2 rappels, à commencer par « Whole Lotta Rosie » suivi d’« Highway To Hell » délivré avec une incroyable puissance de feu.

Quel plaisir de voir des musiciens heureux d’être sur scène, et de partager cette complicité avec un public très réactif. L’interprétation d’une set list aussi variée démontre toute la qualité des musiciens, qui, loin de se contenter de « copier » les originaux, trouvent les arrangements qui les subliment. Une mention spéciale dans ce domaine peut être décernée au guitariste James Cornford, débordant de feeling.

 

Après 2 heures de show, Chris Slade et l’ensemble de son groupe ont pris le temps de venir à la rencontre du public, multipliant les photos et autographes, tout en se rendant disponible pour discuter… Une belle leçon d’humilité de la part d’artistes de ce niveau. Messieurs, vous revenez quand vous voulez !

Un grand merci à Paul Moulènes, Julien Crespy et l’équipe de « La Traverse » pour leur accueil et l’accréditation.

Report & photos © 2017 Alain BOUCLY

Setlist :
Dirty Deeds Done Dirt Cheap
Davy’s On The Road Again
High Voltage
July Morning
Hell’s Bells
Sin City
Parisienne Walkways
Comfortably Numb
Drum Solo
The Razor’s Edge
Delilah
Back In Black
Blinded By The Light
You Shook Me All Night Long
Riff Raff
Thunderstruck
Whole Lotta Rosie
Highway To Hell

Eric Martins-Guerra & Chris Slade

Quand 2 batteurs se rencontrent…. Eric, Batteur de Coverslave (Tribute Iron Maiden), avec Chris Slade, après le concert de The Chris Slade Timeline lors d’un aftershow bien sympathique !