Mes albums Hard Rock/Rock 2017

Publié : 31 décembre 2017 par Abderrahim B. dans Chroniques
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Chaque année, je finis par retrouver mes meilleurs albums Rock/Hard Rock. Et ce n’est guère une tâche facile. Jugez vous même, rien que par le nombre des places « ex aequo et bono ». Un véritable casse-tête et le préambule annonce déjà la couleur. Des albums qui méritent bien leur rang dans ce classement, mais j’ai eu beaucoup de mal à les placer. Leur sonorités ayant occasionnées des vibrations exceptionnelles, m’ont poussé à les mentionner sans les mettre en avant. Leurs caractères exceptionnels ont eu le dernier mot, comme le dernier IN FLAMMES et son Down, Wicked and No Good et sa brochette de reprises de JOHNNY CASH, CHRIS ISAAK , ALICE in CHAINS et DEPECHE MODE. Le grand retour des citrouilles « Helloween : Pumpkins United » .Et ce génie ROBERT PLANT qui continue à faire de la bonne music comme il a toujours fait. Son opus Carry Fire ne démérite pas à l’instar du dernier DANZING Black Laden Crown et la compilation de Ballades V du maître AXEL RUDI PELL dont la magnifique reprise de NEIL YOUNG  « Hey hey my my » et celle des légendaires DEEP  PURPLE « Mistreated »,  reprise par DAVID COVERDAL qui assurait le chant sur l’opus « Burn ». Et enfin, deux mentions spéciales pour KROKUS et ROGER WATERS pour son « génissime »  Is This the Life We Really Want? Que l’on présente pas et qui s’inscrit dans la morosité de notre monde. Sa sortie est dèjà un événement en soi car c’est son premier album studio en vingt-cinq ans, le dernier depuis Amused To Death sorti en 1992. Ce disque mérite à lui seul, une chronique. l’ancien leader de PINK FLOYD développe ses réflexions sur la PALESTINE, en lui rendant un bel hommage et un autre à son poète MAHMOUD DARWISH et pointe du doigt la dystopie normalisée et dénonce les sorties du répugnant de Donald Trump.  Je m’arrête là et désolé pour ce long préambule.

10-PROPHETS OF RAGE 

Ce super groupe ne laisse personne indifférent.  Que des noms populaires réunis dans un seul projet. Des leaders de la scène du rap américain DJ-Lord de Public Enemy et Chuck-D de Cypress Hill autour des musiciens du Rage Against The Machine. Que demande le peuple?

 

9-BODY COUNT Bloodylust

Plus virulent que jamais, plus engagé ou fâcheux davantage. On ne manque pas d’adjectifs pour qualifier le dernier opus de Body Count.  Un album plus Metal que les précédents qui fait écho du grand malaise américain,  et mondial bien sûr, « racisme et fascisme ». Cerise sur le gâteau, la reprise de Slayer Raining Blood/Postmortem. Ice-T et ses compères montrent qu’ils sont fidèles et ne baissent jamais les armes.

8-Pink Cream 69  Headstrong 

A l’occasion des 30 ans du groupe, sort leur douzième album intitulé Headstrong.  Selon Dennis Ward, l’album Headstrong est « une occasion pour le groupe de revenir au son de ses débuts, en incorporant à l’écriture des chansons des riffs de guitares puissants et des mélodies vocales planantes, en réduisant la quantité des claviers et en gardant la production à un minimum de couches acoustiques dans le but d’être fidèle à notre son — celui des guitares lourdes et crissantes». Un pari bien réussi à l’ancien groupe de chanteur Andi Deris et du manager Kosta Zafiriou.

7-KREATOR Gods of Violence

Monstrueux, titres accrocheurs reflétant la réalité du monde dans lequel on vit. Mile Petroza s’inspire toujours de ce qui se passe autour de nous pour écrire les textes. Encore plus mélodiques et audacieux Gods of Violence reflète un trait de caractère labellisé Kreator. Ce qui fait d’eux les maîtres incontestés de la scène thrash européenne.

6-Moonspell 1755

J’avoue que j’avais du mal au début quand j’ai appris que Moonspell allait faire un album en leur langue natale. Et j’ai trouvé ça très courageux et ambitieux. Dés les premières écoutes, je suis tombé sous le charme  des compositions  riches en orchestrations, un merveilleux chant  et un concept album qui gravite autour d’un sinistre tremblement de terre de Lisbonne survenu en 1755 et la destruction quasi-totale de la ville.

 

5-Blaze Bayley Endure and Survive

Voilà, le second volet de la trilogie Infinite Entanglement , qui évoque la persévérance nécessaire à sa propre conservation, telle qu’elle est dite explicitement dans le trite éponyme, Endure And Survive.  Un opus qui s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur, c’est à dire un heavy metal pur, simple mais dur.

 4-THUNDER  Rip It Up

On ne peut pas passer à côté d’un nouvel opus de Thunder.  Le combo britannique prouve qu’il sait bien faire de la bonne musique. Toujours efficace, mélodies et riffs accrocheurs. Bref, de la bonne dose qu’il faut pour être apprécier et se faire écouter en boucle. Bravo. Rip It Up peut se présenter comme le successeur du précédent Wonder Days.

 

3-Alice Cooper Paranormal 

Il n’y a pas que les fans de Alice Cooper qui ont entendu parler de Paranormal car plusieurs musiciens célèbres ont participé à l’album, dont le batteur Larry Mullen Junior du groupe U2, le guitariste Billy Gibbons du groupe ZZ Top ou encore le bassiste Roger Glover de Deep Purple.

2-Deep Purple Infinite 

C’est triste de voir les légendaires Deep Purple quitter la scène Rock. Mais ils ont une carrière longue de cinq décennies que le seul heureux rescapé du combo original « Mark 1 » Mr Ian Paice aura accompagnée de A à Z. « Pourpre Profond » est incontestablement le meilleur groupe Hard Rock.

1-BONFIRE Byte the Bullet

Le combo allemand reste un géant incontesté de la scène Heavy Metal. Je cherche à convaincre personne par cette affirmation. Qui n’est d’ailleurs pas l’information du siècle et qui reste subjective bien sûr. Byte the Bullet est un opus qui confirme que Bonfire a encore des choses à donner. Des guitares bien saturées, des riffs plus Heavy , et bien sûr, des textes et des solis qui vont avec. Bref, tous les ingrédients sont là pour faire un album digne des routiers de ce genre musical.

 

    1-ICED EARTH Incoruptible

 

On peut interpréter de mille façon le titre de cet opus : les problèmes avec sa maison de disque, l’actualité morne à l’image des guignols comme Trump en tête de file qui mènent les Etats-Unis et le monde à sa perte; ou la dérive et le manque d’engagement des musiciens à l’égard de ce qui se passe autour d’eux. La qualité musicale des standards du Heavy Metal est là pour donner un très bon album. Un chant bien travaillé, des lignes vocales « high-pitch » inspirées et audacieuses, fort en émotions et des riffs efficaces, mélodiques et bien aérés qui reflètent l’image de marque du groupe.  J’ai hâte de les voir frôler la scène au HellFest.